Autres

BOVARY au théâtre d’Arles

Illustration

« Il y a des yeux qui changent de couleur selon la lumière »

Tels sont ceux d’Emma Bovary, tantôt brun, bleu ou noir.

« Mœurs de Province » est le sous titre donné à ce spectacle qui relate le roman Madame Bovary de Gustave Flaubert, roman traduit en justice parce que jugé immoral.

L’histoire est la suivante …

Charles Bovary, officier de santé a connu un premier mariage avec une veuve tyrannique, plus âgée que lui, et qui lui a été trouvé par sa mère. Ce mariage pris fin avec le décès de cette dernière.

Charles se remaria avec Emma Rouault, fille d’un riche fermier , patient de notre officier de santé. Emma ayant été élevée dans un couvent, aspire à une vie de rêve telle décrite dans les romans à l’eau de rose qu’elle a l’habitude de dévorer.

Invités à un bal au château de la Vaubyessard, Emma se rend compte de l’existence de son monde de rêve, sauf que le décalage avec sa vie réelle lui provoque une maladie nerveuse.

Pour lui faire changer d’air, son mari décide qu’ils aillent s’installer dans une autre ville (Yonville-l’Abbaye), à défaut de Paris dont Emma rêve tant. Là elle fit la connaissance de différentes personnalités locales.

La naissance de sa petite fille la détourne un peu de ses rêveries mais très vite Emma cède aux avances de Rodolphe Boulanger, un gentilhomme campagnard. Charles laisse Emma faire de l’équitation avec Rodolphe qui devient l’amant de sa femme. Celui-ci lui promet de s’enfuir avec elle pour finalement l’abandonner et faillir à sa promesse.

Emma dévastée, traverse aussitôt une crise de mysticisme. Plus tard au théâtre de Rouen, elle revoit Léon Dupuis, clerc de notaire revenu de Paris. Elle devient vite sa maîtresse lors d’une promenade dans un fiacre.

Emma, impliquée dans sa liaison, trouve des mensonges pour revoir son amant. Elle s’endette auprès de Lheureux, marchand trop complaisant, pour offrir des présents de tout genre à Louis.

Un jour, Lheureux réclama d’être remboursé. Emma alla demander de l’aide à ses différents amants qui la repoussèrent. Par peur du changement, elle s’empoisonna avec l’arsenic dérobé chez le pharmacien Homais.

Son mari l’enterra dans le plus grand luxe. Il découvrit par la suite les lettres échangées entre Emma et ses amants, et au lieu d’être effondré, il l’en aima plus. Son absence et son manque ont fini par avoir raison du cher monsieur.

Mot de fin …

L’auteur acquitté, le roman fut publié et connut un franc succès.

La représentation au théâtre est un bonheur, un pur moment de gaieté et de rires.

Si vous n’étiez pas là hier soir, faites tout pour aller le suivre aujourd’hui à 19 heures 30.

Merci à toi ma douce Marion pour ce que tu sais ????????. Des bisous…

Vous pourriez aussi aimer

Aucun Commentaires

    Laisser une réponse