Autres

Feria de Pâques : Course camarguaise

Illustration

Hello la team, comment s’annonce la fête de la résurrection du Christ chez vous? Ici en pays d’Arles, on est en fête. C’est la feria de pâques du 30 mars au 2 avril.

L’ouverture a été marqué par le concert des Peña sur le parvis des arènes d’Arles. Qu’est ce qu’une Peña ? Elle désigne un groupe d’amis se constituant en société pour partager dans le contexte ci-évoqué leur passion pour la musique, dans une ambiance informelle relative à la fête. Le chef ou le meneur esquisse par moment des pas de danse. Non seulement ils incitent la curiosité chez les plus novices, il réussissent à tenir tout le public en haleine.

Il s’en est suivi la course camarguaise au sein des Arènes ; c’est un sport dans lequel les participants appelés <raseteurs> affrontent le taureau pour glaner à l’aide d’un crochet, des attributs primés qui lui sont fixés aux cornes et au frontal. A l’inverse de la Corrida, c’est le taureau qui est mis à l’honneur et non l’homme. La course se déroule selon les trois étapes suivantes :

Avant la course, les Peña débutent par de l’animation. Ensuite, on annonce l’entrée dans les Arènes, des Arlésiennes du pays d’Arles magnifiquement vêtues de leurs costumes. Elles sont suivies de la reine d’Arles et de ses demoiselles d’honneur sur des chevaux. On présente alors les manadiers ; puis les raseteurs vêtus de blanc. Pour cette course il y avait 7 taureaux ; 16 raseteurs et tourneurs.

Illustration


Les Arlésiennes du pays d’Arles – la reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur – les manadiers

Illustration

Arrivée des raseteurs et tourneurs en blanc

 

Déroulement de la course ; on annonce l’arrivée du taureau dans l’arène par une sonnerie de trompette. On laisse une minute au cocardier (l’animal est appelé taureau cocardier car c’est lui qui porte la cocarde) pour s’acclimater à l’arène ; et une seconde sonnerie retentit pour signaler aux raseteurs le début de leur attaque.

Chaque cocardier est boulonné pendant 15 minutes maximum par nos 16 raseteurs indépendants  les uns des autres et assistés par des tourneurs (anciens raseteurs qui aident, selon que le raseteur est gaucher ou droitier, à placer ou à rabattre l’animal dans l’arène). 

Illustration

Course camarguaise

 

Dès que le taureau sort du toril , il prend position dos à la barricade pour surveiller ses adversaires qui courent vers lui les bras tendus vers sa tête pour lui décrocher une prime. Il réagit avec beaucoup d’ardeur en poursuivant les raseteurs jusqu’au bout de la piste voire au-delà. 

Les officiants défient le taureau afin d’aller chercher sur ses cornes des objets de valeur à l’aide d’un crochet. Ces objets sont des trophées qui valent des points permettant de déterminer le meilleur des raseteurs.

Pendant la course, différentes personnes mettent des prix sur les attributs du taureau ; une sorte d’enchère. La course finie, l’animal regagne ses paires, physiquement intact ; et quand il arrive qu’il traîne sur l’aire on envoie deux autres taureaux ayant des cloches autour du cou pour lui signifier la fin de la partie.

 

Après la course, on procède alors à la remise des différents prix.

Mes impressions : C’est une première pour moi d’assister à ce genre de spectacle, et même si la course n’était pas sanguine comme dans le cas de la corrida, je vous avoue que j’ai tiqué au début quand les raseteurs sautaient la barre pour échapper au taureau ; croyez moi, on s’y fait rapidement. A un moment, un raseteur s’est fait mal et a arrêté la compétition ; j’espère qu’il n’a rien eu de grave. Les taureaux étaient majestueux et endurants face à la bravoure de ces messieurs. Ce fut un beau spectacle !

PS : Il y a assez de termes clefs dans cette discipline, si vous avez des zones d’ombre, posez moi des questions en commentaire et je me ferai le plaisir de vous en apprendre plus. Je suis également ouverte aux apports et je tiens à préciser que j’ai fait le résumé de ce que j’ai retenu de la course, elle n’est pas intégrale mais elle vous apprend assez sur le sujet.

La course n’est pas la seule activité pendant la feria, quoique tout nous ramène au taureau. A part ça, il y a des concerts, on mange, on boit, on chante et on danse…

Bonne feria à tous les Arlésiens et bonne fête de pâques. Des bisous

Vous pourriez aussi aimer

Aucun Commentaires

    Laisser une réponse